L’auberge Nicolas Flamel – plus vieille maison de Paris

Rez-de-chaussée de l'auberge de Nicolas Flamel la plus vieille maison de Paris

Rez-de-chaussée de l'auberge de Nicolas Flamel la plus vieille maison de Paris

Pendant longtemps la maison qui se trouve au numéro 3 de la rue Volta, eut le titre de « plus vieille maison de Paris », mais en 1978 on s’aperçut qu’elle ne datait « que » du XVIIème siècle et ce fut une autre maison du Marais qui hérita du titre : la Maison du Grand-Pignon au 51 rue de Montmorency, classée au monument historique depuis 1911.

Restaurée récemment la vénérable bâtisse de 4 étages fut construite en 1407 par Nicolas Flamel et sa femme Pernelle afin d’héberger gratuitement dans les étages les pauvres, notamment les étudiants sans le sou et les ouvriers qui cultivaient les champs alentours car à cette époque une grande partie du quartier était encore dévolue aux cultures maraîchères, l’urbanisation y étant peu dense et plutôt clairsemée. En échange du toit les miséreux devaient réciter chaque matin un Pater et un Ave Maria pour les morts, les  Flamel étaient de fervents croyants. Riche bourgeois parisien, Nicolas Flamel devait sa fortune à ses divers métiers : écrivain public, copiste, libraire-juré de l’Université de Paris, plus tard la rumeur lui rajouta celui d’alchimiste, et l’on prétendit qu’il avait percé le secret de la Pierre Philosophale ce qui lui procurait le pouvoir de changer certains métaux en or et de vivre éternellement.

Sur le fronton rénové en 1900 par la Mairie de Paris, on peut lire l’inscription suivante : « Nous homes et femes laboureurs demourans ou porche de ceste maison qui fut faite en l’an de grâce mil quatre cens et sept, somes tenus chascun en droit soy dire tous les jours une paternostre et un ave maria en priant Dieu que sa grâce face pardon aus povres pescheurs trespasses, Amen. » Au dessus de l’inscription une frise sculptée représentant Nicolas Flamel et le Christ entourés de laboureurs agenouillés a hélas disparu. En revanche, on distingue encore sur les piliers des anges sculptés, les initiales du propriétaire de l’établissement ainsi que la devise de la maison « Ora et labora » : Prie et travaille.
Lorsqu’il mourut en mars 1428, Nicolas Flamel légua sa maison à l’église de Saint-Jacques-la-Boucherie, dont la Tour Saint-Jacques en est le vestige, et c’est en son honneur et celui de sa femme que l’on nomma deux rues à leur nom : la rue Nicolas Flamel et la rue Pernelle, qui se croisent et se situent juste entre la Tour Saint-Jacques et la rue des Lombards. La pierre tombale de l’ancien propriétaire de la plus vieille maison de Paris est aujourd’hui exposée au Musée de Cluny (Musée national du Moyen Âge), on peut lire dessus : « Feu Nicolas Flamel, jadis écrivain, a laissé par son testament à l’œuvre de cette église certaines rentes et maisons, qu’il avait fait acquises et achetées à son vivant, pour faire certain service divin et distributions d’argent chaque an par aumônes touchant les Quinze Vingt, l’Hôtel Dieu et autres églises et hospitaux de Paris. Soit prié ici pour les trépassés.« 

Aujourd’hui le rez-de-chaussée de la maison de Nicolas Flamel a gardé sa vocation d’auberge puisqu’il abrite un restaurant.

Le site du restaurant actuel : http://www.auberge-nicolas-flamel.fr

Articles liés :
- Rue des Degrés : la plus petite rue de Paris
- La plus petite maison de Paris rue du Château d’Eau
- La plus vieille boulangerie de Paris victime de la spéculation immobilière

À proximité :
- Arts et Métiers : le plus vieux quartier chinois de Paris
- Le Pletzl : le quartier juif historique de Paris
- La Cour des Miracles

Plaque historique sur la façade de la maison du couple Flamel Façade de l'auberge de Nicolas FlamelDétail de l'inscription sur le fronton de la maisonDétails des gravures sur un des piliersBorne historique de la Maison de Nicolas FlamelL'Alchimiste de Michael Scott

Cette entrée a été publiée dans 3ème, Histoire de Paris, Paris insolite, calme et secret, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à L’auberge Nicolas Flamel – plus vieille maison de Paris

  1. sheily dit :

    J’adore ce bâtiment! Et tes photos sont bien plus belles que les miennes : c’est là que je regrette de ne pas être équipée de matériel de qualité…

    • gavroche.fils dit :

      Elles sont pas si mal que ça tes photos de l’auberge, et puis toi au moins t’as pas ces moches poubelles vertes…
      Sinon pour améliorer la qualité de tes photos, pas besoin de changer d’appareil, je te conseille d’utiliser Photoshop, en 2-3 manip tu peux transformer une photo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>