Quand le Sentier fêtait la Sainte-Catherine

Statue de Sainte-Catherine à l'angle des rues de Cléry et Poissonnière dans le Sentier

Statue de Sainte-Catherine à l'angle des rues de Cléry et Poissonnière dans le Sentier

La fête de la Sainte-Catherine est l’occasion de célébrer toutes celles qui portent ce prénom bien sûr, mais aussi les catherinettes, les célibataires de 25 ans à la recherche (ou pas…) d’un mari. Le 25 novembre est également un jour férié dans les ateliers de couture qui ont fait de Sainte-Catherine leur patronne.

Au début du 4ème siècle, Catherine d’Alexandrie, une noble égyptienne très instruite qui voulait consacrer sa vie au Christ, refuse de se marier avec l’empereur Maxence, face à ce refus ce dernier la fit torturer puis décapiter. Plus d’un siècle après ces évènements des moines transportèrent le corps de la martyre jusqu’au Mont Sinaï dans un monastère rebaptisé depuis Monastère de Sainte-Catherine du Mont Sinaï (classé patrimoine mondial de l’UNESCO en 2002).
Ce n’est que bien plus tard, avec les croisades, que Sainte-Catherine se fait connaître en Europe, pour devenir ironiquement la patronne des filles à marier. Des processions de jeunes filles célibataires coiffées de chapeaux verts et jaunes (couleurs symboles de la connaissance et de la foi) défilent alors dans les villes afin de rencontrer des prétendants potentiels.

En 1920 le monde de la mode s’empare à son tour de Sainte-Catherine pour en faire sa patronne bienfaitrice, c’est naturellement chez les modistes que le 25 novembre est le plus attendu, car ce jour là les ouvrières confectionnent les fameux chapeaux verts et jaunes.
Il y a encore quelques décennies d’immenses cortèges de catherinettes travaillant comme couturières ou modistes défilaient dans les grandes villes de France pour aller coiffer une statue de Sainte-Catherine. À Paris c’est dans le Sentier, fief de la confection parisienne, à l’angle des rues de Cléry et Poissonnière plus précisément, que se rendaient les petites mains des ateliers, afin de coiffer de leurs chapeaux la statue de Sainte-Catherine qui s’y trouve. C’est avec l’aide des pompiers de Paris et de leur échelle, que l’une après l’autre, elles déposaient leurs couvre-chefs sur la tête de la sainte statue.
Malheureusement cette tradition semble avoir aujourd’hui disparue bien que les ateliers de couture soient toujours très nombreux dans ce quartier du centre de Paris.

Pour voir à quoi ressemblait la Sainte-Catherine dans le Sentier dans les années 40 :
- Lien 1
- Lien 2

Article lié :
- Exposition : Elle coud elle court la Grisette !

À proximité :
- La Cour des Miracles
- Rue des Degrés : la plus petite rue de Paris

Sainte-Catherine à l'angle des rues de Cléry et Poissonnière

Cette entrée a été publiée dans 2ème, Actualités, Histoire de Paris, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Quand le Sentier fêtait la Sainte-Catherine

  1. Sheily dit :

    C’est donc uns statue de Saint Catherine ! Merci pour l’info ! J’avais rédigé un billet sur cette sculpture en croyant que c’était une Vierge!

  2. Surfanna dit :

    Excellents, les chapeaux de ces dames en 41 et 44 !! J’adore surtout le chapeau avec le coq dessus. Hallucinant :D

    • gavroche.fils dit :

      Ouais c’est marrant la différence entre 41 et 44, sur la 1ère vidéo on voit derrière les catherinettes une photo de Pétain et sur la 2ème le coq qui piétine la croix gammée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>