L’ancien quartier vietnamien de la Place Maubert (màj ajout carte)

Autour de la place Maubert quelques commerces vietnamiens subsistent encore

Autour de la place Maubert quelques commerces vietnamiens subsistent encore

Xin chào !! (bonjour en vietnamien)
Il est difficile de s’imaginer que le Quartier Latin fut il n’y a pas si longtemps aussi populaire et cosmopolite que le sont Belleville et Barbès aujourd’hui. Pourtant ce vieux quartier de Paris a une longue tradition d’accueil, au moyen âge déjà les juifs s’y installèrent avant de s’en faire expulser par Charles VI en 1394, au XIXème siècle ce furent les creusois qui s’y implantèrent, puis vinrent les arméniens, les grecques, les algériens et enfin les vietnamiens.

Bien avant que les tours du 13ème n’existent sur le papier, vietnamiens et chinois du Vietnam (teochew) fréquentaient déjà le Quartier Latin, certains étaient là en tant qu’étudiants, d’autres qui avaient été amenés d’Indochine et principalement du Vietnam pour participer à l’effort de guerre pendant la Seconde Guerre Mondiale s’étaient installés dans le quartier une fois la paix revenue (en savoir plus : http://www.travailleurs-indochinois.org / Le film Cong Binh), enfin une troisième catégorie principalement les teochew, y avaient ouvert des gargotes. Ces derniers, qui déjà au Vietnam étaient commerçants et donc peu réceptifs aux idées marxistes, avaient fui le régime communiste qui après l’indépendance voulut les naturaliser de force. Dans les années 70 une partie des boat people fuyant la guerre américano-vietnamienne retrouvèrent dans le quartier leurs compatriotes déjà établis, alors que d’autres s’installeront dans les tours fraichement construites de la Porte de Choisy. Cependant contrairement aux chinois et aux cambodgiens, les vietnamiens qui ne semblent pas ressentir le besoin de vivre regroupés, se dispersèrent rapidement dans tout Paris et sa banlieue. La maîtrise de la langue française fut un avantage non négligeable à leur rapide intégration, et bien qu’ils durent subir un déclassement professionnel dû à la non validité de leurs diplômes en France cela en incita beaucoup à ouvrir leur propre commerce, les enfants de cette première vague migratoire sont aujourd’hui présents à tous les niveaux de la vie professionnelle et sont particulièrement nombreux dans les professions libérales.
La présence vietnamienne autour de la place Maubert s’estompa au fil des années, tandis que le quartier s’embourgeoisait, c’est pourquoi parler de quartier vietnamien ou de Little Saïgon comme le firent des journalistes anglo-saxons en poste à Paris dans les années 70, serait aujourd’hui largement exagéré. Cependant de nombreux commerces vietnamiens subsistent encore autour de la place Maubert, parmi lesquels certains sont de véritables institutions du « Paris vietnamien ». C’est le cas notamment du restaurant Kim Lien qui propose une des meilleurs cuisines du Sud Vietnam de la capitale. À 200 mètres de là, la Galerie de la Maison du Vietnam fait office de centre culturel depuis près d’un siècle, des cours de vietnamien y sont également dispensés. Au 17 rue du Cardinal Lemoine, la librairie Sudestasie dispose d’une large collection de livres sur le Vietnam. Un peu plus éloigné de la place Maubert mais tout aussi culte, le Foyer Vietnam au numéro 80 de la rue Monge est une cantine simple et authentique où les étudiants vietnamiens venus suivre leur cursus à Paris aiment se retrouver.
La Fête du Têt (Nouvel An Vietnamien) est l’évènement majeur de l’année pour la communauté, il tombe en même temps que le Nouvel An Chinois, c’est pourquoi la célèbre parade du 13ème arr. fait défiler à la fois chinois et vietnamiens encostumés.

S’y rendre : Descendre à la station de métro Maubert – Mutualité (ligne 10).

Quelques adresses (voir carte en bas de page pour plus d’adresses) :
- Thanh Binh Jeune (Épicerie) : 18 rue Lagrange 75005 Paris
- Thanh Binh (Épicerie) : 29 place Maubert 75005 Paris
- Sou Quan (Épicerie) : 35 place Maubert 75005 Paris
- Saveurs d’Asie (Restaurant) : 31 place Maubert 75005 Paris
- Kim Lien (Restaurant) : 33 place Maubert 75005 Paris
- Minh Duc (Restaurant) : 8 rue de la Montagne Sainte Geneviève 75005 Paris
- Le Saïgon sur Seine (Restaurant) : 6 rue de Poissy 75005 Paris
- Foyer Vietnam (Restaurant) : 80 rue Monge 75005 Paris
- Sudestasie (Librairie) : 17 rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris
- Galerie de la Maison du Vietnam (Centre culturel, artisanat…) : 28 rue des Bernardins 75005 Paris
- Hit Voyages (Agence de voyages) : 6 rue Cochin 75005 Paris

Alignement d'épiceries et restaurants vietnamiens sur la place MaubertLibrairie Sudestasie rue du Cardinal LemoineL'épicerie Thanh Binh Jeune rue LagrangeAffiche pour des cours de vietnamien sur un commerce de la place MaubertGalerie de la Maison du Vietnam rue des BernardinsL'épicerie vietnamienne Lan Huong dans la rue MongePancarte du Foyer Vietnam au 80 de la rue MongeAffiches sur la devanture du Foyer Vietnam


Afficher L’ancien quartier vietnamien de la Place Maubert sur une carte plus grande

Cette entrée a été publiée dans 5ème, chinoise et indochinoise, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

30 réponses à L’ancien quartier vietnamien de la Place Maubert (màj ajout carte)

  1. Nguyen-Hoaï Michèle dit :

    Bonjour
    Nous sommes plusieurs enfants de Vietnamiens à avoir lu votre article.
    Nous tenons à rajouter qu’il y a eu dans ce quartier des vietnamiens qui se sont installés à Paris après la 2ème guerre mondiale dans les années 50/60, dont vous semblez ignorer l’histoire. (Nos pères en faisaient partie)
    Ils étaient ce qu’on appelait alors des Indochinois : ils ont été requis de force en Indochine en 1939 par la France coloniale pour venir travailler en France pour participer à l’effort de guerre. Venus entassés dans des cales de cargos français, près de 20 000 indochinois ont ensuite travaillé en France sans être payés pendant près de 10 années & dans des conditions déplorables.
    La plupart d’entre eux ont été rapatriés entre 1948 et 1952, mais plus d’un millier est resté en France car ils y avaient fondé une famille. Nombre d’entre eux se sont installés dans le quartier que vous évoquez. (dont nos pères)
    Vous pourrez trouver leur histoire commune complète sur ce site :
    http://www.travailleurs-indochinois.org
    Merci de publier mon commentaire

  2. Binh André Pierre dit :

    Je m’associe pleinement aux remerciements de Michèle car trop peu de personnes connaissent l’histoire de ces jeunes Indochinois pour la plupart qui ont été déracinés de leur pays pour venir aider la France.

    • gavroche.fils dit :

      C’est vrai que cette histoire mériterait d’être connue, une stèle ou une plaque historique de la Mairie de Paris sur la place Maubert serait par exemple une bonne façon de la faire connaître.

      • Nguyen-Hoaï Michèle dit :

        Bonjour gavroche.fils
        Merci à vous. C’est vrai que cette histoire mérite d’être connue. Je dois vous dire que beaucoup de ces vietnamiens n’ont guère parlé de leur histoire à leurs enfants, ou peu souvent…. Le site dont je vous ai donné le lien et le livre de Pierre Daum que cite M.Laure Mai ont réveillé une histoire, voire l’Histoire. Dernièrement, les villes d’Arles, Marseille et d’autres ont reconnu ce passé oublié….
        Puis-je signaler ici que nous sommes un groupe qui recherche les derniers survivants des camps de travailleurs vietnamiens et leurs descendants ? Peut-être que ce commentaire sur votre site sera-t-il lu par des personnes concernées sur Paris ou ailleurs ?
        Auquel cas, il faudrait prendre contact via le site http://www.travailleurs-indochinois.org
        ça serait sympa à vous de nous aider en publiant ma demande….

  3. M.Laure MAI dit :

    Bonjour,
    Mon père, vietnamien, fait partie des indochinois réquisitionnés en 39/40 pour participer à l’effort de guerre. Libéré vers 1949, il a vécu rue Laplace de 49 à 51, puis dans un hôtel meublé rue de la Montagne Ste Geneviève jusqu’en 1959. Lui et ses compatriotes fréquentaient régulièrement le restaurant appelé « le Maubert » (actuellement Minh Duc), c’était en quelque sorte leur lieu de rassemblement. Petite « cantine » familiale, nous sommes de nombreux enfants à avoir connu ce lieux et certains d’entre nous venaient même donner un « coup de main » avec leurs pères pour le service. Ce restaurant a existé en tant que tel jusqu’en 1975/76 je crois.
    Nous allions aussi nous ravitailler chez Tanh Binh, de l’autre côté de la place, après le Bd St Germain, nous venions aussi fête le Têt à la Maison de la Mutualité.
    En complément du site des Travailleurs Indochinois, le livre de Pierre Daum retrace leur parcours http://www.aafv.org/Immigres-de-force-de-Pierre-Daum
    Merci.

    • gavroche.fils dit :

      Bonjour Laure,
      Je vous remercie pour votre témoignage intéressant, je constate avec étonnement qu’un bon nombre d’adresses vietnamiennes du quartier existent depuis plus d’un demi siècle et sont presque devenues des institutions.

  4. janette dit :

    Bonjour tout le monde,

    Joli rassemblement auquel je viens adhérer,à leur levée de réquisition ces travailleurs requis ont continuer à travailler ,pour mon père dans la confection au 56 rue de Provence paris 9ème,il demeura donc dans un premier temps au 14 rue de bièvre en 1948 (chez une certaine Madame Chabanon)puis au 24 rue maitre Albert.(un petit hotel à l’époque)D’autres compatriotes travaillait également dans la couture et tenait boutique au 19 rue du Sommerard (tonton Kiem).
    Voilà si ceci éveille aussi des souvenirs… contact via le site http://www.travailleurs-indochinois.org
    Merci tout le monde

    • gavroche.fils dit :

      Merci pour le commentaire, moi qui n’est pas connu cette époque je suis toujours étonné d’entendre qu’un quartier aujourd’hui bourgeois, fut il n’y a pas si longtemps peuplé d’ouvriers, d’artisans et de travailleurs immigrés.

      • Nguyen-Hoaï Michèle dit :

        Alors je vais rajouter que mon père a travaillé avec ma mère dans une toute petite brocante qu’ils louaient rue Broca, Nous habitions cette rue, à 6 dans une pièce sans eau ni électricité. L’endroit a bien changé depuis !!!
        Avant cela, ils avaient aussi logé quelques temps dans des hôtels du quartier…en attendant.
        Mon père a également travaillé dans un atelier de verrerie (Atelier soufflage de verre Tran) situé alors 5 bis rue des lyonnais, Paris 5ème.
        Nous retournons souvent dans ces rues pour revoir tout ça….

  5. Vo Van Daniellle dit :

    Bonjour,
    Fille d’un ancien O.N.S. (ouvrier non spécialisé) c’est ainsi que l’on appelait les immigrés de force indochinois, j’ai découvert par les archives le concernant que mon père avait habité au 5, rue des Ecoles après sa levée de réquisition en 1945. Sinon il a vécu la plus grande partie de sa vie dans le sud de la France où il avait été affecté dès son arrivée à Marseille en 1939 pour travailler dans une poudrerie. Cependant m’étant installée à Paris, à chacune de ses visites c’est chez Thanh Binh que nous allions faire les courses car il aimait cuisiner vietnamien. Un peu de nostalgie …

  6. MLaure Mai dit :

    Bonjour ! pour connaitre l’histoire des ces vietnamiens qui, pour certains, ont habité le 5ème, je me permets de recommander le film “ CONG BINH La Longue Nuit Indochinoise” de Lam LÊ en salle au cinéma La Clé 34 rue Daubenton
    http://www.cinemalaclef.fr/evenements/822-sortie-nationale-du-film-cong-binh-la-longue-nuit-indochinoise#.UO745mXPMqU.twitter
    La bande-annonce : http://vimeo.com/57222132
    Le site du film : http://www.congbinh.net
    Le site internet de cette histoire et sur l’onglet derniers ajouts tous les lieux de diffusion du film : http://www.travailleurs-indochinois.org

    les émissions radio du jour de la sortie du film, le 30/01 voici les liens post casts valides encore un mois:
    – L’humeur vagabonde de Kathleeb Evin sur France Inter le 30/01/13 entre 20h-21h
    http://www.franceinter.fr/emission-l-humeur-vagabonde-lam-le
    - du lundi 04/02 au vendredi 08/02, tous les matins 10 minutes seront consacrés « aux Cong BInh », il s’agit de l’émission “ le temps de Pauchon” sur France Inter entre 10h50 et 11H http://www.franceinter.fr/emission-un-temps-de-pauchon-peres-vietnamiens-enfants-de-cong-binh

    Merci !

  7. Scheuer Brigitte dit :

    Mon ami le plus proche étant d’origine vietnamienne je souhaite lui faire un album photos de ses souvenirs en passant par sa naissance au CAFI de St Livrade sur Lot et à sa jeunesse à Paris puis les événements qu’il m’a fait partager,en particulier les fêtes du Nouvel An à la Mutualité. C’est la raison pour laquelle je vous contacte aujourd’hui,lors de mon déménagement les photos prises à la Mutualité lors de ces fêtes se sont égarées avec plusieurs cartons,je souhaite savoir s’il vous serait possible(si toutefois vous les posséder dans vos archives)de me faire parvenir quelques clichés des danses pour les années 1980+1981+1982+1983. Vous remerciant par avance de votre compréhension et de votre diligence, recevez Madame, Monsieur l’expression de mes sentiments dévoués.

  8. Nguyên-Hoaï Michèle dit :

    Bonjour
    Il y a une émission sur les Asiatiques de France qui est passée dimanche dernier sur la 5 à 22 h, deuxième partie la semaine prochaine, même jour
    http://www.france5.fr/emission/asiatiques-de-france/diffusion-du-22-09-2013-21h55-0
    Amicalement
    Michèle

  9. Nguyên-Hoaï Michèle dit :

    La première émission repasse en replay sur le Net pendant encore 3 jours….

    • gavroche.fils dit :

      J’ai voulu la regarder hier soir mais le lien m’indiquait « vidéo indisponible », apparemment elle refonctionne aujourd’hui.

    • gavroche.fils dit :

      Je viens de regarder le reportage, c’était super intéressant, vu la fin du 1er, je pense que le 2ème épisode va débuter sur les vietnamiens du quartier latin.

  10. Nguyên-Hoaï Michèle dit :

    Merci Gavroche.fils pour la publication, c’est super de partager les infos. Dans la première partie il est question des travailleurs indochinois requis de 1939 dont on avait signalé ici l’existence il y a 2 ans. Puis-je annoncer que le film qui retrace leur histoire Cong Binh, la longue nuit indochinoise, va être diffusé en Seine et Marne, au Centre Culturel « les 26 couleurs » de Saint-Fargeau-Ponthierry, le 11 octobre 2013 à 20 heures, en présence du réalisateur Lam Le ? Merci :
    https://www.facebook.com/photo.php?f…type=1&theater

  11. Nguyên-Hoaï Michèle dit :

    Le lien que je vous ai mis hier ne marche pas…. bizarre….
    je le redonne en espérant qu’il fonctionnera :
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=685149514848294&set=a.685148761515036.1073741830.122172224479362&type=1&theater

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>