Sociologie parisienne – épisode 2

Touristes japonais devant le Louvre

Touristes japonais devant le Louvre

Le touriste japonais : ne se déplaçant qu’en car dans la ville, le touriste japonais a traversé le globe pour voir le Louvre, la Tour Eiffel et Notre-Dame de Paris, autant dire qu’une grève du personnel d’un de ces monuments le met très en colère. S’il se sent trop dépaysé ou si la nourriture autochtone passe mal, le touriste japonais se réfugie rue Sainte Anne, près d’Opéra, où l’alignement de restaurants « japonais » lui rappellera sa terre natale. Contrairement aux baroudeurs anglo-saxons, le touriste japonais ne s’aventure jamais au delà du 9ème arrondissement car il a lu dans son guide qu’il risquerait d’y « perdre » son appareil photo Kinon dernier modèle.
Lieux : les alentours des principaux monuments et le quartier Opéra.
Signes distinctifs : il est fréquent de voir les membres d’un groupe de touristes japonais porter le même bob, T-shirt ou casquette comme signe de ralliement.
Remarque : la visite de la capitale française est une sorte de passage initiatique que tout japonais se doit d’accomplir dans sa vie et c’est tout le secteur touristique parisien qui se réjouit de cette étrange coutume ancestrale.
En savoir plus sur le quartier japonais de Paris >

Étudiants provinciaux dans le quartier latin

Étudiants provinciaux dans le quartier latin

Étudiants provinciaux : pour tout étudiant provincial venu faire ses études à Paris, le must consiste à loger dans le quartier latin, le quartier étudiant parisien mondialement connu depuis les zévénements (comme disait Coluche) de 68. Ici les kebabs s’appellent gyros, les cinémas passent des films qui n’intéressent que quelques intellectuels et les restaurants de gastronomie française pour touristes sont tenus par des grecs. Le néo parisien qu’est l’étudiant provincial se heurte rapidement à la dure réalité de l’immobilier dans la capitale et se voit contraint de mettre à contribution ses parents pour payer les 600€ de loyer de sa chambre de bonne de 10m² au 6ème étage sans ascenseur avec WC sur le palier. Si ceux ci sont dans l’incapacité financière de lui venir en aide, l’étudiant échouera dans une cité U de banlieue.
Lieux : le quartier latin pour les plus « chanceux » une cité U de Seine Saint Denis voir de Seine et Marne pour les autres.
Signes distinctifs : l’étudiant provincial qui pose ses valises à Paname est souriant… au moins les 3 premiers jours.
Remarque : la grande fierté de l’étudiant de province est de pouvoir distinguer un bout de l’antenne de la Tour Eiffel depuis la lucarne de sa chambre de bonne.

Gardienne d immeuble

Gardienne d'immeuble

Gardienne d’immeuble : tout comme on ne dit plus femme de ménage mais « technicienne de surface », aujourd’hui il faut dire régisseuse et non plus concierge ou gardienne, termes devenus péjoratifs on ne sait trop comment. Quelque soit le nom qu’on lui donne, la « régisseuse » reste la meilleure source d’informations sur les derniers potins de l’immeuble.
Lieux : présente surtout dans l’ouest et le centre de la ville, la « régisseuse » a malheureusement été remplacé par des digicodes dans les autres quartiers.
Signes distinctifs : une robe bleue à fleurs mauves comme votre grand mère.
Remarque : Tous les ans au mois d’août, l’ensemble des « régisseuses » de Paris effectuent leur migration annuelle vers le Portugal.

Traders près de la bourse

Traders près de la bourse

Traders du quartier de la Bourse : bien que depuis 1998 le palais de la Bourse ne soit plus une place boursière, le quartier a gardé sa vocation financière. Aujourd’hui les traders ne crient plus des choses incompréhensibles à l’intérieur du Palais Brongniart mais passent leurs journées dans les open-spaces des bureaux alentours à visionner des courbes sur 4 écrans différents.
Signes distinctifs : le trader marche vite car le temps c’est de l’argent, grâce à son iFon il peut garder un œil sur les marchés même aux WC.
Remarque : passés de gendres idéals au même titre que les avocats et les médecins, à escrocs notoires depuis la crise, les traders du quartier de la bourse se font plus volontiers discrets sur leur profession.

< Episode 1

Cette entrée a été publiée dans Billets d'humour, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>