Le Centre Culturel Irlandais de Paris

Le Centre Culturel Irlandais occupe l'ancien Collège des Irlandais

Le Centre Culturel Irlandais occupe l'ancien Collège des Irlandais

Le Centre Culturel Irlandais, installé dans l’ancien Collège des Irlandais (rue des Irlandais…) fait rayonner dans la capitale depuis 2002, la riche culture de la Verte Erin. Situé dans le Quartier Latin à deux pas du Panthéon et de la rue Mouffetard, le CCI, dont l’accès est libre et gratuit, est un lieu assez méconnu des parisiens et des touristes (autres qu’irlandais) et est donc idéal pour profiter d’un peu de calme en plein cœur de Paris. Saint-Patrick oblige, quelques événements et concerts étaient organisés ces derniers jours.

L’histoire du Collège des Irlandais est longue et chaotique mais passionnante car liée à celles de Paris et de l’Irlande :
- Au XVIème siècle, les persécutions contre les catholiques poussent de nombreux étudiants et moines irlandais à quitter leur île pour l’Europe où ils fondent dans plusieurs pays (l’Espagne, la France et les Pays-Bas en tête) des collèges irlandais dans lesquels ils peuvent suivre un enseignement catholique loin des pressions de l’Angleterre protestante. En 1578, le Père John Lee fonde la toute première communauté d’étudiants irlandais au sein du Collège de Montaigu de l’Université de Paris. Plus tard, après avoir intégrée le prestigieux Collège de Navarre, la communauté loua ses propres locaux rue Saint-Thomas puis rue de Sèvres.
- En 1677, Louis XIV leur accorde le droit de reprendre l’ancien Collège des Lombards à l’actuel numéro 17 de la rue des Carmes. De ce premier collège irlandais, il reste aujourd’hui encore la chapelle, reconvertie depuis en Église Catholique Syriaque.
- Au XVIIème siècle des tensions entre la « communauté des prêtes » et la « communauté des clercs et des étudiants » divisèrent le collège en deux camps, les étudiants qui vivaient de la charité reprochaient aux prêtes leur niveau de vie dû aux revenus qu’ils tiraient des messes. En 1769, le surpeuplement des étudiants contraint l’administrateur, Laurence Kelly à acquérir un hôtel particulier rue du Cheval Vert (l’actuelle rue des Irlandais). Après  six années de travaux réalisés par l’architecte François-Joseph Bélanger qui ajouta deux ailes à la bâtisse, les étudiants irlandais emménagèrent dans leur nouveau collège en 1775, quant aux prêtes ils restèrent rue des Carmes.
- À la Révolution française l’ancien Collège des Lombards et le nouveau Collège des Irlandais furent confisqués, les bâtiments nouvellement rénovés par Bélanger servirent même de prison aux irlandais suspectés de connivence avec la Perfide Albion, à cette même période les lois anti-catholiques furent abandonnées en Irlande, Paris perdit donc de son attrait pour les étudiants irlandais qui purent suivre l’enseignement de leur choix dans leur propre pays. Pendant un temps le collège de la rue du Cheval Vert fut reconverti en école pour français et compta parmi ses pensionnaires Eugène de Beauharnais ainsi que Jérôme Bonaparte, le jeune frère du futur empereur. En 1805, Napoléon unifia tous les collèges irlandais de France, qu’il fusionna avec les autres collèges anglophones (écossais et anglais) en une seule entité : les British Establishments. Cette même année les étudiants purent retourner rue du Cheval Vert. En 1807, la rue fut renommée rue des Irlandais par décret napoléonien. En 1816, après la chute de Napoléon, le Collège des Irlandais obtint son « indépendance » vis à vis des autres collèges anglophones.
Inscription de la guerre franco-prussienne-  Pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1, le Collège des Irlandais est transformé en hôpital de campagne, 300 soldats français y seront soignés, une inscription sur le mur de la cour rappelle cette période. Contrairement à beaucoup de constructions parisiennes (l’Hôtel de Ville et les Tuileries entre autres), l’établissement passa sans encombre les destructions de la Commune.
- En 1905, la loi de séparation de l’Église et de l’État faillit être fatale au collège, mais l’intervention de l’ambassadeur britannique permit de le sauver.
- En 1914-18, le collège dut fermer ses portes, il accueillit dans un premier temps des nonnes puis des réfugiés de Verdun.
- En 1926, la Mairie de Paris racheta le Collège des Lombards qui depuis la révolution était loué à différents groupes. Pendant les années 30, le nombre d’étudiants du Collège des Irlandais augmenta progressivement, mais l’établissement fut une nouvelle fois contraint de fermer en 1939 et jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Après la libération de Paris, l’armée américaine investit les lieux pendant quelques mois.
- De 1945 à 1997, les étudiants irlandais cédèrent la place à des clercs polonais rescapés du camp de Dachau. Pendant la Guerre Froide, ces derniers hébergèrent à plusieurs reprises Karol Wojtyla, le futur Pape Jean-Paul II.
- Suite au départ des clercs polonais en 1997, les irlandais purent se réapproprier les lieux. Entre 2000 et 2002, des travaux financés par l’Irlande, en plein boom économique, transformèrent le collège en centre culturel, le seul centre culturel irlandais dans le monde. Il fut inauguré le 18 octobre 2002.

Véritable concentré de culture irlandaise, le CCI se compose de la Chapelle Saint-Patrick dans laquelle une messe est célébrée tous les dimanches, au dessus de celle-ci se trouve une bibliothèque qui regroupe 8000 ouvrages dont les plus anciens datent du XIVème siècle. Mais également d’une médiathèque et d’une salle d’exposition toutes deux libres d’accès, de 45 chambres louées à des étudiants irlandais ou mises à la disposition d’artistes de passage à Paris. Tous les mois des événements culturels sont organisés et des cours de gaélique sont donnés.
Au fil des années le CCI est devenu le centre de la vie culturelle et cultuelle de la petite communauté irlandaise de Paris, qui représenterait selon les sources entre 7000 et 10000 personnes.

Adresse :
Centre Culturel Irlandais
5, rue des Irlandais
75005 Paris
http://www.centreculturelirlandais.com/

En plus :
En 1690, la bataille de la Boyne (fleuve irlandais) voit s’affronter deux prétendants aux trônes d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande, le catholique Jacques II d’Angleterre à la tête de ses jacobites irlandais, aidés de 7000 soldats français envoyés par Louis XIV. Face à eux le protestant Guillaume III et son armée, soutenus eux aussi par des français, 3000 huguenots réfugiés en Hollande. La victoire de ces derniers contraint Jacques II et plusieurs milliers de ses partisans (dont beaucoup de nobles irlandais) à émigrer vers la France. Surnommés les Oies Sauvages (Wild Geese en anglais), ils formèrent au sein de l’armée française la Brigade Irlandaise qui ne fut dissoute qu’à la Révolution soit un siècle plus tard. Cette vague d’immigration fit souche à Paris, à Saint-Germain en Laye, où Louis XIV installa la cour jacobite en exil. Mais aussi dans les ports de la côte atlantique, entre la Bretagne et Bordeaux, et plus particulièrement à Nantes où la communauté irlandaise prospéra pendant plusieurs générations. Les maréchaux Macdonald (d’origine écossaise) et Mac Mahon (d’origine irlandaise) descendent tous les deux de cette immigration d’exilés jacobites. Mac Mahon célébra d’ailleurs en 1869, le centenaire de l’installation du Collège des Irlandais à son adresse actuelle, il deviendra quatre ans plus tard le 3ème Président de la République française de 1873 à 1879, avant de donner son nom à une avenue donnant sur l’Arc de Triomphe.

À proximité :
- Les tibétains de la Montagne… Sainte-Geneviève à Paris
- L’ancien quartier vietnamien de la Place Maubert

Plaque de la rue des IrlandaisFaçade extérieure du Centre Culturel IrlandaisEntrée du Collège irlandaisBorne historique du collège des irlandaisFaçade intérieure du Centre Culturel IrlandaisDétail du préau de la courLe parc du Centre Culturel IrlandaisStèle celtique dans le parcInscription de la stèleLa statue de la Vierge de douleurEtudiantes travaillant dans le calme du parcSculpture dans le parc

Cette entrée a été publiée dans 5ème, Irlandaise, écossaise, anglaise, Monuments parisiens, Parcs et jardins, Paris insolite, calme et secret, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le Centre Culturel Irlandais de Paris

  1. Sheily dit :

    Superbe endroit dont j’ignorais complètement l’existence.

    • gavroche.fils dit :

      Ça m’étonne pas, la rue des Irlandais est un peu planquée et la façade extérieure ne paye pas de mine mais si tu passes dans le coin va y faire un tour. La Chapelle et la Bibliothèque (à ne pas confondre avec la médiathèque) ont l’air vraiment jolies mais elles étaient fermées quand je suis passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>