La Grisette – figure du Paris populaire

Statue de la Grisette près de la place de la République

Statue de la Grisette près de la place de la République

À l’instar des gavroches, des apaches et des marlous, la grisette fait partie des figures populaires du vieux Paris. Le terme de grisette désignait entre les XVIIème et XIXème siècles les jeunes parisiennes issues de la classe ouvrière qui exerçaient de petits métiers comme couturière ou vendeuse des quatre-saisons, leur nom vient de la couleur de leurs vêtements.
Très présente dans la littérature de son époque, la grisette y est souvent décrite comme une jeune femme aux mœurs légères. Balzac, Alexandre Dumas, Alfred de Musset et bien d’autres la mettent régulièrement en scène dans leurs écrits.
La statue à l’angle du boulevard Jules Ferry et de la rue du Faubourg du Temple représente une grisette, vendeuse de roses de 1830, elle a été sculpté en 1911 par Jean Descomps. La statue se trouve dans le square Jules Ferry et fait face au canal Saint-Martin.

À lire sur le sujet : Les grisettes à Paris par Ernest Desprez

Article lié :
- Exposition – « Elle coud, elle court, la Grisette ! » au musée de la Maison de Balzac

À proximité :
- La nouvelle Place de la République : piétonne et familiale
- L’Hôtel du Nord sur le canal Saint-Martin

La Grisette rue du Faubourg du Temple

Cette entrée a été publiée dans 11ème, Histoire de Paris, Paris insolite, calme et secret, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à La Grisette – figure du Paris populaire

  1. sheily dit :

    Tiens, j’ignorais ce terme. Je n’ai pas souvenir de l’avoir croisé dans mes lectures (ou alors je me suis bien trompée sur le sens)!

    • gavroche.fils dit :

      A titre d’info la Maison de Balzac organisera du 14 octobre 2011 au 15 janvier 2012 une expo nommée « Elle coud, elle court la Grisette (1815-1850) ».

  2. Marc Faygen dit :

    Si on lis les livres de 1800-1840, on voit que la grisette était une fille ouvrière ou sans emploi qui vivait ou arrondissait ses maigres revenus grâce aux revenus d’un étudiant ou autre homme. C’était un époque ou les salaires des femmes étaient bien moins que ceux des hommes, à peine suffisant pour survivre. Et à cette époque le concubinage était bien moins acceptés qu’aujourd’hui….. Ce n’était pas de la prostitution mais une stratagème de survie!

    Marc Faygen

    • gavroche.fils dit :

      Merci pour ces précisions Marc, le concubinage à cette époque n’avait pas du tout le même sens qu’aujourd’hui, les concubines était des femmes entretenues, cette forme de « contrat » existe encore aujourd’hui dans certains pays comme la Chine.
      Je me demande si le concubinage est de la prostitution à durée indéterminée ou si la prostitution est du concubinage à durée déterminée ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>