Ilot Chalon – la première implantation chinoise de Paris

Plaque commémorative des chinois de la Grande Guerre

Plaque commémorative du rôle des chinois pendant la Grande Guerre

Pendant la première guerre mondiale, la France et ses alliés firent venir de Chine 140.000 travailleurs chinois pour remplacer dans les usines les ouvriers partis au front ou pour servir de brancardiers, cuisiniers ou blanchisseurs dans l’armée. La plupart venaient de la province du Zhejiang, région côtière à 400km au sud de Shanghai d’où viennent encore aujourd’hui la plupart des chinois de Paris.
À cette époque, la France et la Grande-Bretagne possèdent des concessions sur la façade Est de la Chine et notamment à Shanghai d’où partirent de nombreux engagés chinois.
La guerre finie ils sont utilisés pour déminer les champs de bataille et reboucher les tranchées. On estime à 10.000 le nombre de travailleurs chinois morts en France durant cette période, le cimetière de Noyelles-sur-Mer dans la Somme accueille 842 tombes chinoises encadrées par deux statues de lions offertes par la Chine.
Alors que les survivants sont ramenés à la Gare de Lyon pour embarquer à Marseille en direction de la Chine, quelques uns parviennent à fausser compagnie aux soldats français et s’évanouissent dans le dédale de ruelles de l’îlot Chalon qui devient ainsi le premier quartier chinois de la capitale. Jusqu’à la fermeture des frontières par Mao Zedong en 1946, ces pionniers chinois vont être rejoints par d’autres, ainsi petit à petit des restaurants, des blanchisseries, des ateliers de confection et d’autres petits commerces dans lesquels les chinois se sont spécialisés vont s’ouvrir dans ce quartier populaire de la Gare de Lyon. À partir des années 30 certains migrent vers le quartier Arts-et-Métiers dans le Marais où ils travaillent avec d’autres immigrés, juifs et arméniens pour la plupart.

Dans les années 70, l’îlot Chalon devenu insalubre a mauvaise réputation, on décide de le raser pour bâtir des bureaux et des logements neufs, ces travaux sonnent la fin de la première implantation chinoise dans Paris. Le 11 novembre 1988, Paul Quilès, député, membre du Conseil de Paris et ancien ministre de la Défense, inaugure dans le quartier rénové, la plaque commémorative qui rappelle avec 70 ans de retard, le rôle joué par les chinois pendant la Grande Guerre.
Dans le Jardin Baudricourt (13ème arrondissement) une stèle érigée en 1998, célèbre elle aussi le courage de ces travailleurs et combattants venus de l’autre bout du globe défendre un pays qu’ils ne connaissaient pas.

Articles liés :
- La stèle des travailleurs chinois de la Grande Guerre dans le Jardin Baudricourt
- Arts et Métiers : le plus vieux quartier chinois encore existant
- Maison Loo : une pagode chinoise dans le Paris haussmannien

À proximité :
- La Promenade Plantée
- Le marché d’Aligre
- Le Train Bleu – le restaurant mythique de la Gare de Lyon

Immeubles récents dans l'îlot Chalon d'aujourd'hui

Cette entrée a été publiée dans 12ème, Histoire de Paris, chinoise et indochinoise, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Ilot Chalon – la première implantation chinoise de Paris

  1. maju dit :

    Bonsoir,
    dommage de ne pas voir cet ilot chalon d’avant.
    j’ai découvert cet endroit il y a de nombreuses années car je travaillais dans ce quartier de la gare de Lyon et je suis aventures dans ce dédale de rue étroites et grasses.
    merci pour ce beau travail sur le Paris des curieux.
    cdt

  2. Arezki dit :

    Bonjour,

    J’ai grandis dans l’ilot chalon, plus précisément dans le passage moulin, ce long passage étroit qui touchait la rue Jean Bouton et la gare de Lyon, nous vivions dans ce que l’on qualifie de logement délabré, mais nous y étions heureux, c’était les années 80/90, puis nous sommes partis vivre dans le 20ème arrondissement en 1993 et les derniers immeuble de l’ilot chalon ont été détruits, c’est dommage car ces ruelles avait le charme de l’ancien paris, on peut encore retrouver cette ambiance dans le 18ème ou le 10ème arrondissement.
    Et on voit le 12ème arrondissement qui était un arrondissement mixte devenir de plus en plus bourgeois, c’est dommage.

    Si vous aviez d’autres photo de l’ilot chalon, ce serait super de les faire partager, j’ai reconnu parmi les quelques enfant photographiés des diapos des connaissances de l’époque.

    Merci.

    • gavroche.fils dit :

      Merci pour votre témoignage Areski. Concernant votre question sur les photos je ne suis pas l’auteur du livre dont j’ai donné le lien dans le précédent commentaire. Je n’ai malheureusement jamais connu l’Îlot Chalon avant sa démolition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>